Venise autrement : interview avec Radio France Internationale

Venise autrement :
Radio France Internationale

Venise autrement :
“Loin du tourisme de masse
Venise, rêve d’art et de pierre, accapare le regard.
Mais les Vénitiens, y prête-t-on vraiment attention ?…”

Le magazine du voyageur de RFI
Si loin, si proche
avec Muriel Beny à Venise

audiodiffusé avec l’aimable autorisation de
Radio France Internationale

Venise autrement :
Radio France Internationale

“Loin du tourisme de masse
Venise, rêve d’art et de pierre, accapare le regard.
Mais les Vénitiens, y prête-t-on vraiment attention ?
On ne les voit guère (ou seulement comme professionnels du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration).
En sortant des grands itinéraires qui vont d’un monument à l’autre, on retrouve la vie quotidienne d’une ville unique au monde.
Bâtie sur l’eau, sillonnée de canaux et ruelles, Venise est une des très rares villes sans aucune voiture.
C’est dans Venise, ce décor particulier pour le XXIème siècle que vivent encore les Vénitiens.
Muriel Bény, une animatrice touristique alternative, consciente qu’il faut respecter Venise, ville fragile et malmenée par le tourisme de masse, propose des visites dans son quartier de Castello.
C’est certainement le moins touristique de toute la Sérénissime (avec le nord de Canaregio). Muriel évoque la vie quotidienne, l’exode des plus jeunes vers la terre ferme, les magasins d’alimentation qui ferment mais elle souligne aussi la tranquillité et la beauté des maisons populaires.
On croise des Vénitiens, on se salue, on discute un peu pourquoi pas.
Et on va tranquillement jusqu’à l’îlot de San Pietro (jolie surprise).
Sa visite autour des chats est aussi un prétexte pour se promener loin des groupes de touristes.
Muriel Bény et son association Acqua Vite ne se contentent pas de faire découvrir les visages quotidiens ou décalés de Venise, elles souhaitent que tous les publics aient accès à cette ville qui fait tant rêver :
chasse aux trésors pour les enfants, balade en famille et en vélo dans la lagune, parcours sensoriels pour les sourds ou les aveugles. Car Muriel en est convaincu: « Cette ville est un véritable théâtre sensoriel » (sonorités, odeurs, douceurs ou rugosité des pierres …).

Ce n’est qu’un premier billet sur Venise. On va y revenir ensemble, mais toujours en partant à l’opposé des grands flux touristiques”